Une méthodologie de conception où la créativité et l’innovation s’expriment dans une intelligence collective

Intégrer le design dès les premières séances de conception évite de réduire son intervention à un surfaçage final et lui permet réellement de faire œuvre de création.

Notre méthode repose sur l’idée que l’ouverture et le métissage des cultures métier constituent le potentiel des séances de conception participatives. La créativité naît alors du dialogue entre les différents acteurs : expert métier, ingénieur, marketeur, designer et bien sûr usager. Car l’usager est évidemment au centre de la conception. Les questionnements doivent graviter autour de son contexte et de ses problématiques d’usage.

Schéma - design et usager

Le designer conçoit « avec ». Réunir une équipe de différents acteurs autour d’une table offre un potentiel de créativité riche, indispensable à une bonne co-conception. Le designer devient médiateur entre plusieurs disciplines : tour à tour, il écoute, fait parler les uns et les autres, synthétise les idées, soulève les incohérences, propose des pistes de conception. Grâce à de nombreux outils de conception (wall communication, croquis, maquette papier, storyboard…), il favorise l’idéation et l’innovation collective. Au fil des séances, l’équipe définit les contours de l’interface, précise son contenu, par les multiples manipulations des supports de conception souples et précis. Cette méthode permet une grande agilité pour répondre à la fois aux défis présents tout en anticipant ceux à venir.

Usages numériques

L'usager entouré d'objets réels ou virtuels de plus en plus complexes est tour à tour exigeant, séduit ou impatient. Notre rapport aux machines évolue et se pose la problématique des usages.

Il ne s'agit pas tant de concevoir des interfaces que de penser les usages.

Il n'existe pas une seule façon d'atteindre un objectif : chacun peut le faire à sa manière avec le niveau d'affinité qu'il a développé pour l'outil à sa disposition. Si la conception tient compte de cette réalité, elle s'intéresse alors étroitement à l'usager, à sa culture et son environnement. Elle propose des façons différentes d'utiliser l'interface, des interactions explicites et implicites. Elle ne lasse pas par des choix inappropriés et laisse une place à la combinaison, la personnalisation, voire le détournement !

Créativité ad hoc

Le designer est joueur. Il essaye tout, tisse des liens, n’a pas peur d’inventer des incongruités, de transposer ou de détourner des usages, de penser les utilisateurs intelligents. Dans un monde transformé par les nouvelles technologies, le designer est le premier intéressé à associer des possibilités, imaginer de nouvelles approches et esquisser des formes. Comme notre activité est naturellement interdisciplinaire et multi-domaines, elle nous permet de croiser les réussites et les échecs des uns et des autres, dont les problématiques sont quelquefois très similaires sans qu’ils le soupçonnent. C’est grâce à ce décloisonnement des champs d’application et à notre capacité à tisser des liens entre passé et futur que notre créativité est propice et sans cesse stimulée.

Schéma - design et produit
Schéma - design et produit

L’esthétique d’un objet, facteur d’émotion

Loin d’être anecdotique, l’esthétique définit l’identité même d’un artefact. C’est à travers son apparence que l'artefact va exister aux yeux de l’utilisateur ; ce sont ses formes qui vont le rendre intuitif ; ce sont ses couleurs qui feront sens. Rien n’est laissé au hasard ; chaque détail est pensé dans une cohérence globale jouant à la fois sur les codifications universelles et sur une esthétique propre. Notre design cherche à aller au-delà de l’interface fonctionnelle ; il veut la rendre expressive afin que l’usager puisse l’apprécier.