logo sud de

La marque Sud de France est lancée par la région Languedoc-Roussillon en juin 2006. Elle fait partie des premières initiatives de marketing territorial en France.

logo apple store

Développée par Bull et N-gine innovation, sans suivi d’intégration d’Intactile DESIGN, une première version de l’application est disponible sur l’App store depuis mai 2013.

3 mois

C’est le temps record dans lequel a été conçue l’application touristique mobile Mon Sud de France - Destination Languedoc-Roussillon. Intactile DESIGN a été sollicité par la Région en Juin 2012.

Liste d'activités - prévisualisation du design sur iPhone

Mon Sud de France sur iPhone

Configurateur - prévisualisation du design sur iPhone

Interface de Mon Sud de France sur iPhone

Mon carnet de voyage à partager - prévisualisation du design sur iPad

Interface de Mon Sud de France sur iPad

Configurateur - prévisualisation du design sur iPad

Gros plan de l'interface de Mon Sud de France sur iPad

« Les touristes restent connectés, même en vacances »

Fort de cette affirmation, la Région Languedoc-Roussillon s’engage, en 2012, dans ce qu’elle appelle l'« e-transformation » du tourisme. Le but ? Rendre accessible facilement et, au besoin en mobilité, toute l’offre touristique labellisée « Qualité Sud de France » de la Région.

Deux nouveaux outils se mettent donc en place.
Alors que le site internet destinationsuddefrance.com entend aider à la préparation de séjours, l’application mobile Mon Sud de France - Destination Languedoc-Roussillon, co-conçue par Intactile DESIGN prend le relais auprès des usagers connectés sur le territoire, en les accompagnant dans leur découverte de la région et des activités qui y sont proposées.

Ces outils viennent à point pour soutenir l’essor de l’e-tourisme. L’étude menée au printemps 2012 pour Sud de France Développement évaluait à 1 milliard d'euros l’activité déjà générée par l’e-tourisme en Languedoc-Roussillon. C’est près de 15 % de la valeur de l’industrie touristique régionale. En 2012, Intactile DESIGN est donc sollicité par la Région Languedoc-Roussillon pour donner corps à une réflexion sur l’e-tourisme engagée depuis déjà plusieurs mois.

Conception participative centrée usager

La conception participative a rassemblé autour la table des représentants de la société Sud de France Développement, responsable de la marque et des destinations Sud de France et des acteurs de nombreux services régionaux (SIG, tourisme, communication…). Tous ont joué le jeu de l’intelligence collective en manipulant et modifiant les maquettes en papier de la future application.

En tant que designers, nous observons et interrogeons les usagers finaux des outils ou applications que nous concevons. Nous avons besoin d’étudier les relations qu’ils entretiennent avec les objets existants pour mieux cerner leurs attentes face aux nouveaux produits ou services que nous pourrions créer.

Comme l’application que nous devons imaginer est grand public, chaque personne autour de la table, qu’il s’agisse des acteurs du tourisme de la Région ou des sociétés chargées du développement de l’application, peut aisément se projeter dans la peau d’un futur usager. Nous choisissons donc de réaliser une sorte de jeu de rôle où chacun, à sa manière, s’invente un personnage à la découverte ou redécouverte du Languedoc-Roussillon. Ce procédé, souvent appelé “persona” ou “figure de l’usager”, en conception de logiciel, nous permet de définir différents profils d’utilisateurs de l’application. À l’aide de post-it, chaque participant caractérise son personnage.

Post-it de la conception de l'application Sud de France

Figures de l’usager construites en séance de conception participative

Qui est-il ? Âge, nationalité, situation familiale, lieu de résidence…
Comment a-t-il découvert l’application ? Lieu, moment…
Comment compte-t-il occuper son temps en Languedoc-Roussillon ? Découverte, activité, repos…
Comment souhaiterait-il que l’application l’accompagne pendant son séjour ? Organisation, prévision, surprise…

Nous sommes alors face à une dizaine de profils parfois décrits avec beaucoup de rigueur, parfois avec beaucoup d’humour, car, bien sûr, dans chaque persona transparaît la personnalité de son auteur.

En plus de définir des cibles, que nous re-convoquerons lors de la conception, ce moment de détente créative nous a permis de fédérer les acteurs du projet. Venant de divers services ou de diverses sociétés, les participants avaient jusqu’alors des objectifs différents face à la mise en place de cette application. Désormais, les objectifs convergent : répondre au besoin de nos usagers.

Dessin du Persona Senior

« Je suis un touriste suisse d’une soixantaine d’années ; je viens en Languedoc-Roussillon pour faire du golf ; ma femme veut se détendre. Mon hôtel m’a proposé de télécharger l’application. Je suis venu avec un itinéraire prévu bien à l’avance et j’attends de l’application agrément et surprise – mais de qualité ! »

Dessin du Persona couple

« Nous sommes un couple lyonnais, venus à Montpellier pour assister à un concert samedi soir. Sur place, un flash code sur une affiche nous a permis de télécharger l’application. Nous aimerions que celle-ci nous propose des activités pour le lendemain. »

Dessin du Persona copine

« Nous sommes un groupe de copines espagnoles, à Montpellier pour un enterrement de vie de jeune fille. Nous avons téléchargé l’application dans le TGV car le magazine à bord en faisait la promotion. Nous venons de nous installer à notre hôtel et nous avons du temps devant nous avant notre soirée… »

Matérialiser les idées
en séance de conception participative

Beaucoup de régions ou de pays ont déjà entamé leur transition vers l’e-tourisme et nombreuses sont les sociétés qui proposent des applications permettant d’accompagner les usagers dans la découverte d’un territoire ou d’organiser leurs vacances. Nous choisissons de partager toutes ces références avec le groupe, pour échanger sur les points positifs et négatifs de chacune d’entre elles. Très vite, tout le monde s’exprime sur ses craintes et ses envies en comparant la future application Sud de France aux références que nous avons accrochées au mur.

« Lorsque l’application va sortir, il n’y aura que très peu d’offres labellisées Sud de France. Pour montrer la richesse du territoire, la base de données devra comprendre des activités de qualité mais non labellisées… Alors comment mettre en valeur les activités déjà labellisées ? »

« Beaucoup d’applications ont des filtres trop précis et l’on obtient zéro réponse : comment éviter cet écueil ? »

Notre rôle, en tant que designer, est à ce moment-là d’esquisser des solutions aux problèmes soulevés par le groupe.

À l’aide de mot-clés et de croquis, nous matérialisons les premières idées.

- Les activités labellisées seront toujours présentées en tête de liste et un signe sera apposé sur la photo ; celui-ci les identifiera tout de suite comme des activités de grande qualité.

- L’application regroupera l’ensemble des activités touristiques de la région, réparties en six domaines : culture et patrimoine, bien-être et santé, hébergement, restauration, sports et loisirs, vins et saveurs. La recherche d’activités interrogera les domaines par le biais de sliders. L’usager choisira s’il veut un peu, beaucoup ou pas du tout d’activité de cette catégorie. Par défaut, la position des sliders sera à 50 %. Nous limiterons ainsi la possibilité d’obtenir zéro réponse pour ce type de requête.

Croquis de l'interface de l'application Mon Sud de France

L’application n’existe pas encore, mais doit être présentée six mois plus tard aux Assises régionale du tourisme. Notre prestation durera donc deux mois au cours desquels nous co-concevrons l’interface de l’application iPhone et iPad, et nous en réaliserons le design graphique.

Les séances se poursuivent donc par la construction de maquettes papier. Cet outil de partage et de matérialisation des idées permet de co-concevoir en séance les grands principes de fonctionnement de l’interface.

Nous raffinons, entre les séances, les principes d’interaction, feedbacks que nous partageons à l’aide de story-board. Cette succession de photographies annotées de la maquette permet de jouer l’enchaînement des écrans, les animations de transition, le passage de la liste de résultas à la visualisation sur la carte et bien-sûr de scénariser les besoins et envies des personas précédemment définis.

Ainsi filmées, les interactions jouées sur la maquette papier ont permis de rendre lisibles et compréhensibles en très peu de temps les scénarios d’usage de l’application. Ces quelques minutes de films nous ont permis de partager les avancées du projet et de valider la conception avec de nombreux interlocuteurs régionaux.

Design graphique

Screenshot du design des écrans sur Illustrator

Les différents écrans de l’application dessinés dans Illustrator

Conception, design et développement :
les limites d’un processus linéaire

La création de l’application Mon Sud de France s’est réalisée en deux temps bien distincts :
1. Conception des principes de navigation et création du design graphique
2. Développement des IHM et connexion avec de la base de données

Les storyboards d’usage ainsi que les spécifications d’intégration des objets graphiques livrés ont contribué au cahier des charges fourni à la la partie sollicitée pour le développement. Pour Intactile, la prestation s’est arrêtée à cette étape.

Malgré un travail de conception le plus précis possible, il est évident que, lors de la phase d'intégration, des zones d’ombre émergent et des difficultés sont rencontrées, zones d’ombres et difficultés qui doivent être comblées.

Dans le cas de l’application Mon Sud de France, l’absence de communication et de travail collaboratif entre designers et développeurs en cours de développement n’a pas permis d’aboutir à une application robuste. Des menus, icônes, fonctions ont été ajoutés à l’application, autant de greffes qui auraient dû faire l’objet d’un travail de design en cohérence avec ce qui avait été précédemment livré. Certains objets sont hétérogènes ; certaines interactions sont mal intégrées et l’accès à l’information s’en trouve compliqué.

Si la conception a permis une validation rapide des intentions par les services régionaux, une collaboration au niveau de l’implémentation, dans les conditions de connexion réelles avec la base de données, et surtout dans un esprit de développement agile, aurait permis d’aboutir à une application plus compréhensible.

Le design est meilleur lorsqu'il est intégré à l'aide de méthodes de développement agiles.

L'enseignement que l'on tire de ce projet est que la conception design et le développement ne doivent pas être cloisonnés.