Design & Recherche

Le design est récemment entré dans la liste des champ d'activité de R&D et d’innovation (CIR-CII) du ministère chargé de la Recherche. Parallèlement, les écoles et les universités de design tentent actuellement d’ouvrir des écoles doctorales spécialisées dans cette discipline. Les mentalités évoluent et l’intérêt de la recherche pour le design s’accroit de plus en plus.

Le designer est un tisseur de liens, un éveilleur à l’art de vivre…

Faire du design numérique, c’est poser l’humain au cœur de l’innovation technologique, respecter l’environnement et inciter à une meilleure capacité de « travailler ensemble ». Le design puise sa richesse dans son utilité sociale. Ainsi il n’y pas de design sans « expressivité », sans « recherche d’harmonie », sans « capacité à interpeller les sens ». Toutes ces qualités permettent de penser l’objet numérique industriel pour le bien de l’humanité pour que notre société change et s’améliore !

De la technologie standardisée émerge, avec le design, un art industriel.

Les acteurs du design et de la recherche s’accordent à bien différencier deux postures : celle de la recherche EN design (posture réflexive sur le design par exemple, processus de création, épistémologie, histoire, qualité produit, méthodologie, réception) et celle de la recherche PAR le design (apport du design aux productions industrielles et numériques). Certains s’interrogent sur la première : relève-t-elle de l’oxymore ? Le design étant praxis et collaboratif, possède-t-il les capacités méthodologiques scientifiques d’analyse de ses pratiques créatives pour faire de la recherche sur lui-même ? Mais ces capacités ne relèvent-elles pas justement du travail de thèse, quelle que soit la discipline ?

En tant que société en design numérique, la seconde posture nous intéresse beaucoup plus. Voilà déjà plus de 10 ans que nous faisons de la recherche PAR le design. Nous intégrons des équipes pluridisciplinaires et nous pratiquons notre métier de créatifs avec des chercheurs et des sociétés au fort potentiel technologique. Nous explorons conjointement des usages, leur esquissons des formes visuelles. Nous mettons constamment en œuvre des micro-tests d’appropriation des objets numériques inventés, n’hésitant pas à consulter des utilisateurs sur des domaines différents.

Mais peut-être le design d’interface numérique se déploie-t-il sur un espace particulier dans lequel le besoin de briser des carcans purement conceptuels est nécessaire ? Il faut reconnaître que l’industrie arrive mal à se détacher des formatages mentaux acquis, des réflexes hérités, des usages bureautiques, en s’appuyant uniquement sur la population ingénieur et ergonome historiquement en place.

Alors que la technologie devient fluide, qu’il y a une convergence entre les nanotechnologies, les interfaces tangibles et les technologies incorporées, il semble qu’il y ait de moins en moins d’obligation à présenter une forme particulière puisque le design est seamless. Plus le temps passe, plus les capacités d’affichage et d’animation sont proches de la vision humaine ; plus le matériel se miniaturise et disparaît ; plus les batteries sont puissantes. Un espace de liberté émerge et il est quasiment possible d’inventer n’importe quoi en même temps que notre société numérique, trace, enregistre, suit tous les micro-gestes posés sur notre ordinateur. Le designer numérique en tant que spécialiste des usages et de la technologie, mesure, garantit et développe une technologie respectueuse des libertés et des droits de l’homme. Il crée une technologie désaliénante et projette cette technologie dans l’avenir dans l’objectif d’améliorer notre société !

Design

Le design, outre les malentendus de traduction entre le sens anglo-saxon de « conception » et le sens commun réduit à l’esthétique que l’on déplore en France, est une discipline assez difficile à définir tant elle touche à des domaines différents.

Cependant, un point semble se retrouver dans l’ensemble des diverses démarches allant du design d’objet, de service, au design d’interface numérique : c’est le lien que le designer est capable de tisser entre un matériau, une situation, une technologie, et l’usage que l’être humain aurait du plaisir à en tirer. La démarche créative du design, quel que soit le chemin qu’elle emprunte, recherche toujours à identifier des zones de rencontre entre un potentiel technologique, qu’il soit simple ou complexe, et un plaisir d’usage.

Schéma - design & technologie

L’homme est culture et nos sociétés possèdent des cultures technologiques poussées. Tellement poussées, que celles-ci s’éloignent de notre nature humaine. Le besoin naît alors de les humaniser, de faciliter leur perception, leur compréhension, de les rendre aimables et agréables à fréquenter. C’est ici que se situe le rôle du designer, sorte de médiateur entre les technologies et les objets que l’on peut développer à partir d’elles. Il n’apporte pas uniquement de l’esthétique aux objets produits, il leur donne une place dans nos vies. Il va puiser au sein de l’être humain ses envies, les essentiels qui lui rendraient tel objet, telle action, telle interaction agréable. Car, si l’homme adore s’entourer de technologies qui augmentent sa connaissance et ses capacités, il a horreur de ce qui est inopportun, incompréhensible ou dénué de sens.

Le design tente de tisser le lien de plaisir, de confiance et d’efficience entre les objets technologiques et ses utilisateurs. Il fait œuvre de synthèse créative pour aboutir à des objets qui entrent en résonance avec les usages et les cultures.

Publications

CARE INO II - 2004-06
Programme de recherche financé par EUROCONTROL et réalisé en partenariat avec IntuiLab

Sujet : Comment améliorer l'efficacité et la sécurité des interfaces utilisateurs de contrôle aérien avec du design d’animation visuelle et sonore

Au cours des dernières années, le développement d'outils pour le contrôle du trafic aérien a été considéré par tous comme une tâche pour les experts de l'ATC, les ingénieurs logiciels et spécialistes des facteurs humains. Cependant, les temps ont changé pour l'industrie informatique. Aujourd'hui, des milliers de designers travaillent sur des logiciels interactifs pour les voitures, les cockpits d'avions, les systèmes de bureau ou de jeux, car ils contribuent à rendre les systèmes plus efficaces et plus faciles à utiliser.

Publication EUROCONTROL 2004

La conception numérique, entre espace intime et monstration
Intelligence Collective - Rencontres 2006
Auteurs : Emmanuelle Jacques, Sandra Solinski, Claire Ollagnon, Yves Rinato

Couverture de livre 'Intelligence Collective - Rencontres 2006'

Sujet : La dimension collaborative dans le processus de conception de dispositifs sociotechniques. Dans cet espace de communication qu’est un collectif, nous avons regardé comment les concepteurs exposent leurs idées, comment les rendent-ils communicables ? Quels outils cognitifs sont convoqués afin d’expliciter et construire le concept ? Nous interrogeons ici les différents espaces d’interactions où les interfaces prennent naissance et deviennent un élément du système de rencontre entre concepteurs et usagers.

Télécharger l’article en version PDF (466 Ko)

Les transitions visuelles différenciées : principes et applications
Actes d'IHM 2006 ACM Press
Auteurs : Céline Schlienger, Pierre Dragicevic, Claire Ollagnon, Stéphane Chatty

Exemples de transitions animées

Sujet : Pour servir de support à la conception d’animations dans les interfaces graphiques, nous introduisons et nous définissons le concept de transition visuelle. Nous utilisons ensuite ce modèle descriptif pour introduire une nouvelle technique d’animation : les transitions visuelles différenciées, qui permettent de véhiculer de l’information en jouant sur les transitions visuelles.

Partenaires de recherche

UM2 - Univertsité Montpellier 2 ENSCI - École Nationale Supérieure de Création Industrielle CNRS - Centre Nationale de la Recherche Scientifique UNîmes - Université de Nîmes ENAC - École Nationale de l'Aviation Civile UM3 - Univertsité Paul-Valéry Montpellier 3 FOI - Agence de recherche en défense Suédoise